C'était lors d'un stage d'aquarelle, l'été dernier, à Angers. Un soir, je me suis retrouvée un peu par hasard dans un atelier de modèle vivant.
C'était un atelier libre, non guidé par un prof. Nous étions une bonne douzaine, je ne connaissais personne, chacun donnait 5 euros pour la séance (deux heures) et le modèle.
A tour de rôle, chacun proposait une duree de pose : il y a donc eu des poses très courtes (1 minute) et d'autres un peu plus longues, durant jusqu'à 15 minutes.

Je me suis posée dans mon coin avec mon mini bloc, mes crayons (sanguine et graphite), et j'ai commencé à dessiner. La modèle était fine, nerveuse et anguleuse, plutôt gracieuse, et surtout très très souple. Elle me faisait penser, par ses poses, aux nus d'Egon Schiele. Je suis sortie de ces deux heures de dessin très détendue et toute contente de ce que j'avais produit. J'ai senti un gros sentiment de plénitude, et je me suis dit que c'était ce vers quoi il fallait que je m'oriente.

J'aime le dessin car :

- il demande de la concentration (déconnexion des problèmes du quotidien assurée), de la précision, de la concision

J'aime le modèle vivant car :

- les poses (et l'éclairage) ne sont jamais identiques : il y a un renouvellement, une variété

- le modèle bouge toujours un peu pendant la pose, ce qui permet d'aboutir à un résultat qui n'est pas figé

- les poses sont courtes en général (moins de 20 minutes), et il faut donc un trait assez vif : pas le temps pour les reprises.

Il y a aussi un apprentissage : on aborde de nouvelles techniques dans le tracé ou pour passer de la couleur, mais, au fil des séances, c'est l'oeil et la main qui s'affutent et le dessin qui se fait plus sûr.

Voici donc la toute première image réalisée à Angers, c'est un nu fragile et rapide, réalisé au crayon. Le trait n'est pas appuyé du tout, le dessin n'est pas vraiment juste, mais l'essentiel y est.
1er nu : esquisse fragile (format A5 : 14x20 cm)

Je ne présente pas de nu dessiné de face (assez nombreux ce jour là).
Avec un peu de recul, je suis très critique sur ces réalisations. Les tracés de visages, plus que sommaires, m'insupportent : les nus vus de face à Angers sont donc censurés.

Ce nu a été réalisé à la sanguine, ce qui permet un tracé plus appuyé.
1ere seance à Angers : ça se précise (format A5 : 14x20 cm)

Celui-ci me plait beaucoup, pour la rapidité d'exécution, la profusion des détails (esquissés), et la mise en valeur des caractéristiques du modèle (souple et relativement anguleuse).
1ere seance à Angers : plus vite (format A5 : 14x20cm)